jeudi 15 février 2018

Creully - Les modillons de L'église Saint Martin

L'église Saint Martin de Creully est un bel édifice de l'art roman. Elle est contemporaine à la construction du château, son voisin proche. Je vous propose, un jour en flânant, de faire une "balade nez en l'air" pour croiser les regards de certains MODILLONS.


Vous êtes donc conviés à une balade pour admirer ces sculptures romanes .
Certaines furent remplacées au 19e siècle.
Les modillons sont ces pierres sculptées encastrés en saillie sur un mur pour supporter un encorbellement.
Ces pierres sont placées à intervalles réguliers sous une corniche comme pour la soutenir.
Le terme "modillon" apparaît pour la première fois semble-t-il dans le traité d'architecture de Vitruve, architecte romain du 1er siècle après J-C.
Ils sont parfois nommés "Corbeaux".

Exécutés à partir de blocs de pierres, les modillons se présenteront le plus souvent sous forme d'esquisses grossières. Ils sont le plus souvent ouvragés selon le talent des sculpteurs.
Il y a un modillon qui vous tire la langue.


samedi 10 février 2018

A la recherche de l'Hôtel du Commerce de Creully.

A la découverte de cette facture à entête de l'Hôtel du Commerce de Creully, j'ai cherché à découvrir où elle se situait dans la rue de Bayeux.
Première étape:  retrouver sur une ancienne matrice cadastrale de la commune aux archives départementales du Calvados, le propriétaire "A. Elisabeth".
Extrait de la matrice cadastrale de 1881 à 1911
Deuxième étape: repérer la lettre et les numéros (D104 D105) sur l'ancien plan cadastral.
Troisième étape: en repérant qu'il y a  à gauche de la maison concernée (D105) une impasse, situer sur une ancienne photo cette propriété.

Comme nous le voyons sur la matrice cadastrale ci-dessus, en 1909, M. Eugène Manchon en fera une boulangerie. Ce commerce est toujours présent.

jeudi 8 février 2018

Septembre 1943, la "défense passive" pour les habitants de Creully

Le 13 septembre 1943 le conseil municipal de Creully met en place la "défense passive".
Ce terme de "Défense Passive" est exclusivement lié à la Seconde Guerre Mondiale. Les premières instructions n'ont été transmises aux maires de France qu'à la fin de l'année 1931. A la veille du conflit, en 1938, cette dénomination est enfin véritablement employée.
Dans toutes les communes de France,  afin d'assurer la protection des populations en temps de guerre est annoncé un certain nombre de mesures en cas de bombardements. Systèmes d'alerte (sirène), construction de réseaux souterrains (aménagement de caves, d'abris ou de tranchées) et l'information aux civils par différentes voies (affiches, radios...) doivent être mis en place.
Document provenant des Archives du Calvados



mardi 6 février 2018

Louis Champonnois, inventeur de Villiers le Sec (Creully sur Seulles)


 
Dans le "journal d'Agriculture pratique" de 1921, un article fait référence à un ingénieur agricole de Villiers de Sec (Creully sur Seulles), monsieur Louis Champonnois.

vendredi 26 janvier 2018

Creully - Mon grand-père maternel le chantre de l'église

8 avril 1958
Mon grand-père maternel: Louis Fafin

vendredi 19 janvier 2018

Creully - La pharmacie Clément

Monsieur et madame Clément

mardi 16 janvier 2018

39-45 - Les allemands dans Creully

J'ai trouvé lors de mes recherches, une photo où l'on voit deux allemands remontant la rue d'Arromanches à Creully. C'est la seule que je connaisse des occupants dans cette localité.
Ils sont du 716e régiment d'infanterie allemande dont une unité était stationnée dans la campagne de Crépon.
Cliché pris par les allemands

mardi 9 janvier 2018

Le camion laitier "55" Citroën de la laiterie Paillaud de Creully

Mon père était mécanicien à la laiterie Paillaud de Creully. Je me souvient quand il  fabriquait l'aménagement arrière des camions chargés du ramassage du lait en bidon dans les fermes de la région du Bessin et de la plaine de Caen.
Dans ma collection de tout ce  qui a un lien avec cette ancienne usine creulloise, j'ai une maquette du camion laitier "55" Citroën. Une copie du camion d'antan.

Ci-dessous, photos prises à Creully où l'on aperçoit le camion laitier. 

samedi 6 janvier 2018

Guerre de 14-18 - Une école belge à Martragny - Un appel aux souvenirs...

Pendant la Première Guerre mondiale (la Grande Guerre de 14-18), l’armée allemande a envahi presque toute la Belgique. Rien qu’une petite partie occidentale est restée inoccupée.
Très vite, la guerre s’est stabilisée le long de la rivière de l’Yser. Ce qui restait des troupes belges s’est replié aux bords de l’Yser et beaucoup de réfugiés aussi sont venus s’installer dans notre région.
Toutefois, les batailles sanglantes s’approchaient progressivement de la ville d’Ypres et risquaient d’atteindre également la ville voisine de Poperinghe.
Le château de Martragny
De plus en plus d’habitants s’enfuyaient vers l’ouest et sont venus s’installer en France.
En avril 1918, le principal du Collège Saint-Stanislas de Poperinghe a pris la décision d’arrêter les cours et de chercher un refuge pour ses élèves en France.
Début septembre 1918, un groupe de 119 scolaires belges accompagnés de 14 hommes et 14 femmes est venu s’installer dans le château de Martragny. Le château devenait alors le demeure du principal et des prêtres-professeurs.
Dans le parc du château, on construisait des bâtiments provisoires qui servaient de classes, de salles d’étude et de dortoirs. Une ferme avoisinante était gérée pour pouvoir approvisionner cet établissement scolaire en vivres. Au bord de la grande route, à l'entrée de l’allée centrale qui menait au château, un écriteau « Belgisch College Veurne - Poperinghe » expliquait clairement la nouvelle destination temporaire du château aux passants.
Le 13 avril 1919, après une messe solennelle avec Te Deum dans l’église de Martragny, tous les élèves et leurs professeurs sont revenus en Belgique.
Pour la commémoration du centenaire (avril 2018) de cette page d’histoire de notre collège, des amis belges  cherchent à se documenter plus profondément sur ce passage à Martragny. C’est pour cela qu'ils font  appel à la mémoire collective des habitants de Martragny et des communes voisines.
Si vous vous souvenez de quelque histoire ou anecdote sur le passage de nos élèves au château, si vous disposez de documents sur la vie à Martragny aux années 1918-1919 (lettres, petits cahiers, journaux intimes, .), de photos peut-être, n’hésitez surtout pas à nous contacter par courrier, par courriel ou par téléphone.
 
Renaat Devos
Professeur au Collège Saint-Jean (anciennement Collège Saint-Stanislas)
Responsable des relations publiques de l’Harmonie Royale Saint-Stanislas
Casselstraat 161
B-8970 Poperinge
TEL 00 32 57 33 87 02
GSM 00 32 472 24 65 61
Vous pouvez également me contacter: Jean-Pierre Barette 02 31 92 59 75
 
 
 
 

Du nouveau sur internet


mercredi 3 janvier 2018

Eglise de Creully - Le texte d'Antoine II de Sillans sur le tombeau de son fils Antoine III

Au début du XIXe siècle, on pouvait encore,  voir deux tombeaux élevés I'un à la mémoire d'Antoine II de Sillans, et l'autre, du côte de l'épitre, pour Antoine III de Sillans.
Le premier de ces tombeaux a été détruit, lors de la construction de la chapelle pour M. de Montlivault propriétaire du château de Creullet.
L’autre subsiste encore. Le monument, en pierre sculptée délicatement, est rehaussé d'ornements en marbre noir. Au-dessus d’un fronton cintré, deux anges en pleurs soutiennent les armes «les de Sillans placées sur un cartouche entouré de lauriers. De chaque côté, deux vases drapés et d’où sortent des flammes en terminent la décoration supérieure.
C'est ainsi que, lors de la destruction du tombeau d'Antoine II, l'épitaphe qui en ornait la base fut enlevée et incrustée dans le bas du tombeau d'Antoine III encore visible à droite du coeur de l'église.


Epitaphe d'Antoine III de Sillans sur un marbre noir disparu

samedi 30 décembre 2017

1936-37 - Les enfants de l'école de Creully

 

Je remercie Myriam Letellier pour l'envoi de cette photo

jeudi 28 décembre 2017

vendredi 22 décembre 2017

Conte de Noël de 1669 - Le normand de Creully pendu à Paris

D'après un vieux texte en François (français ancien)


mercredi 20 décembre 2017


lundi 18 décembre 2017

Creully - Les sept maisons construites sur le terrain du château

« Une immense catastrophe vient de mettre en ruines la moitié de la localité de Creully !Dans la nuit du mardi 18 novembre 1840, à dix heures du soir, le feu s’est manifesté à une maison située à l’extrémité du bourg, dans la partie la plus rapprochée de Saint Gabriel, au moment où l’ouragan était dans toute sa force. En peu d’instants l’incendie avait pris la plus violente intensité ; et la flamme poussée par le vent impétueux attaquait l’extrémité opposée de la commune, la rue de Caen, volant de toit en toit, embrasant simultanément, dix, vingt, cinquante, quatre-vingt maisons ».

Monsieur de Marguerye, propriétaire du château de la localité, offrit une partie du parc limitrophe à la place du marché pour que furent construites sept habitations. Il demanda que les maisons soient édifiées sur un plan uniforme et que celle du milieu comporte un fronton triangulaire.

Les sept maisons de la place allant de l'entrée principale du château à la poste.

En rouge sur le cadastre actuel.

Sur les anciens plans cadastraux, ces maisons ne figurent pas.1770

1811