lundi 26 décembre 2011

Eglise Saint Martin de Creully

Je suis en pleine réalisation du schéma de notre église, si vous avez des observations, faites moi les parvenir.

lundi 19 décembre 2011

La grille de l'église de Creully......

Un internaute me demande si la grille actuelle qui sépare le choeur et la nef de l'église Saint Martin de Creully est la même qu'il a connu devant le maître autel dans les années 50.

Réponse: OUI - Ci-dessous photo de 1949

dimanche 11 décembre 2011

dimanche 4 décembre 2011

Après la plus grande catastrophe que subit Creully....

Texte publié après la grande catastrophe de 1840

Il y a quelques jours encore, après avoir erré, ici, dans de fertiles el riantes campagnes, là, dans celle vallée de prairies qu'arrosent les eaux de la Seulle, et où bondissent tant et de si beaux troupeaux , l'œil se reposait agréablement sur le bourg qu'il trouvait là-bas , au haut d'une légère éminence, comme une ruche, prête à répandre dans une plaine magnifique ses essaims de travailleurs; il y a quelques jours encore, le bonheur brillait sur le visage de tous les habitants de Creully : fiers d'avoir acheté par leurs sueurs le bien-être pour quel­ques années, pour l'hiver, — ils se reposaient avec confiance.

Et maintenant, les voyez-vous, l'œil terne, sans vêtements, sans pain, comme une troupe de malheureux mendiants?... La misère s'est étendue sur eux ; leur dénuement est aujourd'hui complet. On dirait à voir passer ces ombres livides et mal vêtues, on dirait à l'as­pect de ces débris fumants, que la guerre a passé par là : on pour­rait se croire transporter à ces époques désastreuses où l'Anglais, maitre de la Normandie, promenait le fer de tous côtés ; à ces temps où Creully, après avoir longtemps résisté, tombait sanglant et ruiné au pouvoir de l'ennemi.

dimanche 20 novembre 2011

Un travail de passionnés aboutit à un superbe livre sur FONTAINE-HENRY

Les auteurs passionnés: Jacques Avoine, Thierry Baudouin, Alain Baudry, Pierre Bouet, Alain Chambellan, Dominique Cliquet, Michèle Collin,Jean Luc Dron, Etienne Faisant et Jean Marc Giret.
Je tiens à féliciter les auteurs pour ce beau travail présenté samedi dernier à Creully.

jeudi 17 novembre 2011

POURQUOI fête-t-on SAINT CLAIR à Creully?

Une habitante de Creully me demande pourquoi fête-t-on Saint Clair dans sa commune.
Essayons de répondre.

[Avant tout, repérons Saint-Clair-sur-l'Elle non loin de Saint Lô dans la Manche. La commune tient son nom de Saint Clair (845-884), prêtre originaire de Rochester, ayant prêcher dans la région, et de l'Elle, affluent de la Vire. En 1897, Saint-Clair prend officiellement le nom de Saint-Clair sur l'Elle.
Les seigneurs de la « Maison de Creully », issue des ducs de Normandie, furent seigneurs de Saint Clair après le mariage de Mathilde dame de Saint-Clair, avec Richard, seigneur de Creully (+ 1175).





























Ci-contre un extrait d'un texte issu de recherches sur les anciens châteaux de la Manche réalisées par M. de Gerville et parues dans les mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie en 1829












 

[]

jeudi 10 novembre 2011

1932 - Creully - Un cultivateur écrasé par son attelage

OUEST ECLAIR 06/12/32

Vers 20 heures, M. Henri Lesage, 36 ans, cultivateur, demeurant à Colombières revenait de Rauchy en compagnie de son beau-père. M. Arthur Tanquerel. Les deux hommes conduisaient chacun un tombereau chargé de pommes.


Le tombereau conduit par M. Tanquerel roulait à environ 200 mètres en avant de celui de M. Lesage lorsqu'arrive Creully, au lieu-dit « La Tourelle"; ce dernier aperçut son beau-père qui se relevait de derrière son tombereau alors que celui-ci continuait à rouler. Tout en se relevant M. Tanquerel appelait à l'aide.
M. Lesage se précipita, fit asseoir son beau-père sur l'accotement de la route et s'en fut chercher du secours.
Grâce à l'obligeance de M. Lecouteur, M. Tanquerel put être transporté en voiture à son domicile il décéda avant l'arrivée du docteur Jamin qui avait été mandé.
De l'enquête ouverte il semble résulter que la jument que conduirait M. Tanquerel glissant sur le goudron lui a fauché les jambes et l'a fait tomber sur la chaussée juste devant la roue gauche du tombereau qui lui a passé sur le corps à hauteur du bassin. Le docteur Jamin qui a examiné le cadavre a diagnostiqué un décès consécutif à des lésions internes.

mercredi 2 novembre 2011

Creully ou pas Creully...... Votre avis


Je vous fais suivre un courrier de Christian Reynes de Millau et je vous demande ce que vous en pensez. CREULLY ou pas Creully?

"J'ai trouvé un petit tableau qui représente une tour au pied de laquelle se trouvent des chaumières et coule une rivière. Je cherche depuis longtemps de quel château il peut s'agir. Ce matin, j'ai trouvé qu'il avait pas mal de points communs avec le château de Creuilly, d'après la vue contenue dans un ouvrage sur la Normandie que j'ai consulté dans une brocante. Libre interprétation de l'artiste?. J'ai fait quelques recherches sur internet et j'ai trouvé votre blog. Qu'en pensez vous? Merci"

samedi 29 octobre 2011

Creully - 17 février 1955 - "Les comédiens vagabons" et l'élection de la Duchesse de Creully

Dimanche 17 février 1955
Article de La Renaissance Du Bessin
Spectacle et élection de la Duchesse de Creully

 Deux jolis spectacles donnés par Les «Comédiens Vagabonds», troupe locale de la coopérative postscolaire, aboutirent à l’élection de la Duchesse de Creully.
Le spectacle présenté par les jeunes fut fort goûté par un public intense et attentif. «La station Champbaudet», pièce de Labiche, fut enlevée avec brio par tous les acteurs, et cette œuvre, difficile à jouer, aux dires de certains, donne bien une preuve évidente du travail fourni pour arriver à ce résultat digne d’éloges.
Mme Champbaudet (Elisabeth Collet) fut une veuve aux expressions multiples, sachant passer du digne à l’aguichant et du tendre au dramatique. Avec la même aisance. Mme Nina (Aliette Paysan) campa magistralement le type de la vieille fille, veillant avec beaucoup d’autorité et  de savoir-faire  sur le bonheur de sa nièce : Caroline (Fernande Hue), jeune fille innocente, qui étalait avec beaucoup de bonne volonté tout son savoir devant un éventuel fiancé.  A Pierre Pinchon, notre fidèle et valeureux comédien, revenait le rôle ingrat de Tacarel, jeune homme peu scrupuleux, n’hésitant pas à faire le malheur d’une pauvre veuve qui l’adore, pour son bonheur personnel, et qui lui précipite  dans les bras un monsieur Durazoir (Paul Rambert) irrésistible de ridicule, qui termine sa demande en mariage par une… crise aigüe de rhumatismes.
Le père de Caroline monsieur Letrinquier, était dignement tenu par Jean Claude Carabeufs ; le domestique Maurice Jamin sema la note comique : ses maladresses et… ses malices déchaînèrent l’hilarité de la salle. Jean Rideau fut un voisin terrible emporté, et Nicole Balzac, une soubrette délicieuse.
Les intermèdes furent très appréciés. Nous ne reparlerons pas du ballet «La féérie de la forêt» qui, sur la demande générale fut reproduit aux deux représentations et obtint encore un franc succès ; il est vrai que tout le petit monde qui l’interprétait était si gracieux, si bien rythmé et disons-le, si franchement heureux de danser que cela faisait plaisir à voir.
Une nouveauté : «les poses plastiques de Maurice et Jo» eurent beaucoup de succès et permirent d’admirer la musculature de deux beaux garçons… de Creully. Compliments pour leur parfaite harmonie.
Bernard Pagnon nous charma par l’interprétation fort réussie de plusieurs arrangements de chansons modernes à l’harmonica.
Paul Rambert eut un succès fou dans son tour de chant, et comme d’habitude, Mlle Lamy et M. Fourras se dépensèrent sans compter au piano et au violon, ce dont nous les remercions bien sincèrement.
La matinée était rehaussée par la présence du jury  l’U.F.O.L.E.A. que présidait M. Duclos, inspecteur primaire à Caen, entouré de M. Ledrans, inspecteur primaire de Bayeux et Madame, M. Gibert, délégué U.F.O.L.E.A. et Madame.
La soirée présidée par M. Paillaud et la Duchesse de Normandie assistés de la première Duchesse de Creully et du conseil municipal se termina par l’élection de la Duchesse de Creully.
La réception officielle de la Duchesse de Normandie, fut faite par M. Henry, président de la fédération Normandie – Canada. Pierre Pinchon, au nom de ses camarades de la troupe Creulloise, remit à la Duchesse une belle gerbe d’œillets roses.
A l’appel de leur om, les quatre candidates au titre de Duchesse d’un soir, tremblantes d’émotion, répondirent de bonne grâce aux questions d’André Foubert, présentateur de l’élection.
Une grande majorité des suffrages alla à Mlle Eliane Gilette qui, sous les applaudissements de la salle, fut proclamée Duchesse d’un soir de Creully. La première dame d’atour  fut Mlle Marie Thérèse  Girard et la deuxième Mlle Hamp.
Après la distribution de cadeaux, offerts gracieusement par M. Paillaud, de généreux  commerçants de Creully et de Caen et des membres  du conseil municipal, la soirée s’acheva par une quête destinée à entretenir les tombes des Canadiens tombés au cours des combats de la Libération, à recevoir les familles venues s’incliner sur leurs tombes.
Mlle Décommer, première Duchesse de Creully, remit un joli service de table à sa remplaçante et dans un baiser fraternel, sous les applaudissements, lui transmit tous ses pouvoirs.
Nous voulons adresser un merci spécial, car ils le méritent, à tous ceux qui bénévolement ont transformé les panneaux de la scène, principalement  à E. Vivier et B. Pagnon, qui depuis une bonne semaine empiètent sur leur sommeil pour que leurs compagnons jouent dans un décor charmant.

jeudi 6 octobre 2011

Mais où mettaient-ils les ordures ménagères ?

Dans les années 1950 - 60 les terres en face de la laiterie, de l'autre côté du bief, allaient devenir un dépôt d'ordures comme le prouvent les deux photos ci-dessous.



mardi 4 octobre 2011

samedi 1 octobre 2011

Les chevaux ramasseurs de lait de la laiterie Paillaud de Creully

Avant l'arrivée des camions pour le ramassage du lait dans les fermes, la laiterie Paillaud utilisait des chevaux. Non loin de l'usine, dans une cour qui donne dans la rue qui descend à la rivière, il y avait une écurie.
A droite de ce garage.

jeudi 29 septembre 2011

1733 - Creully - La croix du cimetière des pestiférés.

Je vous présente un document daté de 1733 extrait d'un registe municipal de Creully

Le dimanche Dix de may 1733, nous Charles de Than prêtre curé de Creully avons par la permission de Monsieur Deft Laurens vicaire général du diocèse fait la cérémonie de bénir la Croix que nous avons fait rétablir dans son entier au lieu nommé la Crieu qui suivant   les anciens  a servi  de cimetière du temps de la peste en 1638 ou quarante ayant été aidé dans cette œuvre de piété par plusieurs des principaux habitants de Creully.
Il nous reste a découvrir ou se situé "la crieu".
Sur la trace des corbeaux

On appelle corbeaux les hommes chargés d'enterrer les morts en temps de peste ou de porter les malades à l'hôpital des pestiferés.
(Texte ci-dessous issu d'un oubrage de 1800 de JP Papon)



dimanche 25 septembre 2011

INEDIT - Des salles souterraines au château de Creully.

Je suis heureux de vous présenter aujourd'hui des vues inédites des trois salles souterraines du château de Creully (en bleu sur les croquis ci-dessous).
Elles ont été souvent appelées à tort "oubliettes".
En vert, les douves creusées au XIVème siècle puis rebouchées. L'une des salles souterraines comporte des ouvertures donnant sur ces douves.



La grande salle. Des ouvertures donnaient sur les anciennes douves.

La grande salle
Enfilade de deux autres salles se situant du côté du fossé N.E. existant.
Mur de séparation entre la grande salle et les deux autres salles plus petites.

Que cachent ces murs? Peut être le mystère d'autres salles...


INEDIT - Des salles souterraines au château de Creully.

Je suis heureux de vous présenter aujourd'hui des vues inédites des trois salles souterraines du château de Creully (en bleu sur les croquis ci-dessous).
Elles ont été souvent appelées à tort "oubliettes".
En vert, les douves creusées au XIVème siècle puis rebouchées. L'une des salles souterraines comporte des ouvertures donnant sur ces douves.



La grande salle. Des ouvertures donnaient sur les anciennes douves.

La grande salle
Enfilade de deux autres salles se situant du côté du fossé N.E. existant.
Mur de séparation entre la grande salle et les deux autres salles plus petites.

Que cachent ces murs? Peut être le mystère d'autres salles...


jeudi 22 septembre 2011

Habitante des souterrains du château de Creully la chauve-souris laissa des traces chez nos anciens.
Une habitante de Creully

Autrefois, la chauve-souris était vue comme étant impure par la chrétienneté.
Si vous clouez une chauve-souris sur votre porte, vous éloignerez les sorcières.
Si elle cogne dans la fenêtre d'un malade, celui-ci mourra.
Lorsqu'une chauve-souris vole prêt de chez vous, ça signifie que quelqu'un vous a trahis ou ensorcelé.
Si elle survole votre maison trois fois, une catastrophe se produira.

samedi 10 septembre 2011

Creully - 1817 - Les payeurs...

Nous sommes le 17 novembre 1817, un état de la population de Creully est édité et mentionne les noms des hommes et des fils imposés à la contribution directe.
Malgré quelques difficultés de lecture, la voici: