vendredi 29 novembre 2013

Le fils d'un habitant de Creully devint ingénieur en chef de la marine.


Pierre Toufaire, ingénieur en chef de la marine.
Pierre Toufaire
Né à Châteaudun le 21 décembre 1736,de parents peu fortunés dont le père était natif de Creully, dans le Calvados, il se forma seul et dut travailler beaucoup, car, sans qu'on sache ce qu'il devint dans le temps intermédiaire, on le rencontre à l'âge de trente-quatre ans au service de l'État en qualité d'ingénieur des bâtiments civils, attaché au port de Rochefort.

Il habita Bordeaux de 1770 à 1773, et y futchargé de la surveillance des travaux d'entretien de la tour de Cordouun. C'est Toufaire qui créa l'usine d'indret, près Nantes (1777 à 1779);puis le Creusot, à Montcenis, à quelques kilomètres d'Autun, dont les travaux commencèrent le 25 août 1782.

Il éleva le magnifique hôpital de la marine à Rochefort (1783 à 1788), et futencore chargé de la transformation de la fonderie de Ruelle.

Appelé, le 1erfévrier 1794,au poste d'ingénieur en chef du port de la Montagne (Toulon), Toufaire mourut dans cette ville le 3 septembre de la même année (17 fructidor an II).


La fonderie d'Indret


Hôpital de la marine à Rochefort


La fonderie à canons de Ruelle

samedi 16 novembre 2013

Les de Sillans, Barons de creully, et les plus flatteuses de leurs alliances.


Nous devons aux premières années du XVIIe siècle la construction des communs du château de Creully (écuries) dont la façade et les voûtes d'arête atteignent un tel degré d'équilibre et de perfection qu'un éminent critique a cru pouvoir apparenter cette bâtisse avec la partie ancienne du château de Chantilly. C'est à la même époque que paraissent se rattacher les voûtes d'arête très surbaissées de la salle des gardes.
La clef de voûte de la première travée des communs est ornée d'armoiries où le baron Antoine III de Sillans, à qui est due la construction, a cru devoir rappeler les plus flatteuses de ses alliances.


Ce blason est écartelé.





Au 1 figurent les armes des Sillans devenus barons de Creully, en 1512, par suite du mariage de Jean de Sillans avec l'héritière de cette seigneurie.












Au 2 se trouvent alliées ces mêmes armes à celles de Rohan par suite du mariage contracté en 1602 par Antoine III et Sylvie de Rohan, fille de Louis de Rohan, prince de Guémené.










Au 3 sont accolées les armes de Joachim Sanglier à celles de Jeanne de Montmorency-Laval, mariés au début du XVIe siècle et dont la petite-fille, Antoinette Sanglier, devait épouser, en 1597, Antoine II de Sillans, baron de Creully.








Enfin, on voit au 4 les armes des Sillans jointes à celles des Montmorency, pour commémorer le mariage du plus anciennement connu des Sillans, Gilbert, avec Alix de Montmorency qui remonte à la fin du XIIIe siècle.

Le dessin au début de cet article est l'oeuvre de Gérard Michel, architecte.
Texte rédigé à partir d'un document des archives nationales écrit par M. Guilbert, châtelain du château de creully au début du XXe siècle.


mercredi 13 novembre 2013

Creully - mai 1969 - incendie rue de Bretteville


Peu avant 6 heures du matin, mercredi, un incendie s'est décla­ré route de Bretteville à

Creully, dans un bâtiment appartenant à M. Christian Daniel, ouvrier d'en­tretien à l'O.R.T.F.

Cette ancienne maison d'habitation avait été transformée en garage et en grenier.
A l’intérieur se trouvaient une automobile, trois cyclomoteurs et de l’outillage.
Les pompiers de Creully arri­vèrent sur les lieux, et ils réus­sirent à évacuer une citerne de fuel contenant une assez grande quantité de carburant.
Mais trois habitations appartenant à Melle Etiennemare et à MM. Lelièvre et Lefrançois furent touchées.
 
Les pompiers ont pu venir à bout de cet incendie.
On pense qu'il aurait été provoqué par un feu de papiers mal éteint.
Les dégâts sont évalués à 15.000 F.
 
 
 
 
 
 
 

 

jeudi 7 novembre 2013

Cérémonie de communion de 1958 à Creully

Heureux de retrouver des copains et copines sur cette photo.


mardi 5 novembre 2013

La colonne du parvis de l'église Saint Martin de Creully.

Texte trouvé dans un ouvrage de 1836 concernant la colonne construite sur le parvis de l'église Saint Martin de Creully. (1836)